• coup d'Etat royaliste

    Salut,

    Ce blog s'est endormi pendant quelques mois mais reprend vie en raison de l'actualite brulante en Thailande.

    Je vous livre une premiere analyse. D'autres news suivront.

    A+

     


    Le gouvernement de Thaksin Shinawatra a ete renverse mardi soir par un coup
    d'Etat mene par les principaux chefs de l'armee (terre, marine, air) et le chef
    de la police.

    A la tete du "Conseil de reforme démocratique sous le systeme democratique
    avec le roi comme chef d'Etat"(CRD) qui a remplace cette nuit le
    gouvernement se trouve le general Sonthi Boonyaratkalin, un fidele du roi
    Bhumibol. Certains medias precisent qu'il est le premier premier ministre
    musulman du pays, mais je pense que c'est de moindre importance. Il a ete en
    charge de regler le probleme de la violence separatiste dans le Sud et sa religion n'a servi
    de rien.


     



    Sans aller jusqu'a dire que le palais a
    favorise le coup d'Etat, on peut affirmer que le Roi approuve pour l'instant la
    prise de pouvoir des militaires, ayant souvent critique lui-meme la gestion du
    gouvernement Thaksin. Outre les accusations d'enrichissement personnel, de
    corruption, d'evasion fiscale, d'atteintes aux droits de l'homme, c'est a mon
    avis les velleites de toute-puissance economique et politique de Thaksin qui
    ont finalement provoque sa chute. Il voulait prendre la place du souverain
    et les militaires l'en ont empeche. Bref, c'est clairement un « coup
    d'Etat royaliste ».



     



    Ici, a Bangkok en tout cas, la population
    semble soulagee de voir l'epilogue de la crise provoquee par l'attitude de
    Thaksin et la politique menee par son administration. Le CRD n'a pas
    tout-a-fait tort lorsqu'il affirme que le premier ministre depose avait divise
    le pays comme jamais auparavant. La ligne de rupture entre pro- et anti-Thaksin
    ne separait pas seulement paysans du Nord (pro) 
    et citadins du Centre et du Sud (anti), mais faisait aussi des ravages entre
    amis, parents, collegues de travail.



     



    Les premieres mesures prises par le
    gouvernement militaire sont contradictoires :



     



    D'un cote il a cherche a donner des
    gages : promesse d'un gouvernement civil nomme dans moins de deux semaines,
    promesse de se conformer a la charte des droits de l'homme des Nations Unies,
    promesse d'une nouvelle constitution et d'elections libres dans un an au plus
    tard...





    De l'autre, il a multiplie en trois jours les
    signes qu'un regime de fer se met en place : interdiction des partis
    politiques, des manifestations de plus de cinq personnes, arrestations
    arbitraires d'anciens ministres ou partisans de Thaksin Shinawatra, censure
    annoncee des medias audiovisuels et internet, la presse ecrite devant « s'auto-censurer ».





    On peut, non pas comprendre, mais expliquer
    ces mesures par la peur des militaires de voir Thaksin mobiliser ses millions
    de supporters par l'intermediaire des medias et de ses reseaux. En effet, comme
    me le disait hier un analyste politique thailandais, il n'y a aucun doute que
    si des elections etaient organisees demain et que Thaksin pouvait y prendre
    part, il remporterait la majorite des sieges. Les foules de paysans qu'il a
    nourries de subventions et de grands discours pendant ses cinq ans au pouvoir
    lui sont encore reconnaissantes. Et sa fortune, 1,9 milliard de dollar, peut
    s'averer un outil convaincant dans un pays ou l'achat des votes est une
    tradition. 



    Enfin, il faudra attendre un peu pour
    connaître les veritables intentions des nouveaux maitres du royaume. Avec une
    touche d'optimisme que je vous livre : le roi, depuis de nombreuses
    annees, s'est fait l'avocat de la democratie et de la liberte d'expression. Ses
    fideles, esperons-le, doivent avoir la meme vision que lui.





    Jetons un œil sur l'opposition politique.
    Aujourd'hui, le parti Thai Rak Thai est decapite. Il tenait essentiellement sur
    les epaules d'un seul homme, son fondateur Thaksin. Et les veritables
    « tetes de Turc » qui auraient pu le remplacer ou relancer le parti sont
    aujourd'hui detenus par les militaires, du vice-premier ministre Chidchai Vanasatidya
    aux conseillers de Thaksin Newin Chidchob et Yongyudh Tiyapayrat. Le siege du
    parti est desert depuis mardi soir. A mon avis, les seuls phenix capables de
    renaitre des cendres du Thai Rak Thai sont les deputes fortement implantes dans
    les provinces campagnardes du Nord-Est et du Nord, qui etaient deja les
    parrains de ces territoires bien avant la venue de Thaksin.







    Le parti democrate, principal parti d'opposition
    au TRT, se voit l'herbe coupee sous les pieds alors qu'il s'appretait a
    participer a des elections, en novembre, avec de bonnes chances de figurer
    honorablement. Dans les jours a venir, avec l'interdiction des partis
    politiques et le muselage des medias audiovisuels, les democrates vont perdre
    de la puissance vocale. Abhisit Vejjajiva, le jeune leader dynamique du parti, a
    demande aujourd'hui jeudi que les prochaines elections se tiennent dans moins
    de six mois, mais il a peu de chance d'etre ecoute. 





    Il faudra par ailleurs garder un œil sur le
    parti Chat Thai de Banharn Silpa-Archa, ancien premier ministre et habile
    politicien. Son nom etait evoque depuis de longs mois comme possible successeur
    de Thaksin, et il pourrait garder dans sa manche un atout de choix, le
    gouverneur de la Banque de Thailande Pridiyathorn Devakula, egalement pressenti
    pour devenir le premier ministre civil promis par le general Sonthi hier.





    Enfin, il ne faut pas oublier que les
    mouvements populaires dits « de gauche », encore tres presents dans
    les milieux universitaires, ne demandent qu'a se reveiller. Ils ont ete mis sur
    la touche par les manifestants tres conservateurs du People's Allience for
    Democracy (PAD), avec le tycoon Sondhi Limthongkul a leur tete, qui ont demande
    dans les rues depuis novembre 2005 le depart de Thaksin. Ils sont restes
    silencieux, mais depuis mardi plusieurs petitions circulent sur Internet issues
    de cette gauche pro-democratique et qui a toujours combattu, voire fait chuter,
    les juntes militaires thailandaises. Certains elements du systeme Thaksin,
    eux-memes d'anciens communistes, pourraient etre tentes de les rejoindre. 





    En conclusion, l'intervention militaire de
    mardi, sans le moindre coup de feu tire, est sans aucun doute un bienfait a
    tres court terme pour la Thailande, car les affrontements entre pro et
    anti-Thaksin auraient pu tres mal tourner dans les semaines precedant le
    scrutin prevu a l'origine en novembre. Mais a moyen terme, c'est a dire a l'horizon
    d'un an qu'ils se sont fixes, les chefs du gouvernement militaire auront le
    plus grand mal a concilier leurs deux desirs proclames : maintenir l'ordre
    et remettre sur pieds la democratie thailandaise.
     

    FT 

    PS : Cote communaute francaise, le
    lycee
    francais international de Bangkok a ferme ses portes mercredi comme
    toutes les ecoles, les banques et les administrations. Il a rouvert
    jeudi sans
    probleme. Les 6000 Francais residents ont ete pries au debut par
    l'ambassade de
    rester chez eux en attendant que la situation soit plus claire, mais
    etant
    donne le calme plat qui regne a Bangkok, l'absence de militaires dans
    les
    principaux quartiers touristiques, il n'y a vraiment rien a craindre
    pour
    l'instant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :